Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Titisa's Art

Blog sur mes activités artistiques


La photographie ou comment apprendre la patience

Publié par titi sur 15 Mai 2009, 21:34pm

Catégories : #Photographie

2007-2008




Cette photographie n'a pas vraiment de mérite, si ce n'est qu'elle a été la première que j'ai développée.
Afin d'illustrer le thème choisi cette année - l'eau - j'ai parcouru les rues d'Amiens avec mon appareil automatique, et pris quelques clichés, dont ce jet d'eau (tout proche de la cathédrale, pour ceux que cela intéresserait).

Je ne m'arrête pas sur les défauts de cette photographie qui sont assez évidents, et je vais plutôt parler du développement d'un point de vue technique, puisqu'après tout mon cours n'était pas sur la prise de vue mais sur le  tirage de photographies, le développement étant réalisé par un photographe professionnel.

Alors quelles sont les étapes ?
On commence par poser le négatif que l'on veut mettre sur papier dans une machine appelée agrandisseur.
L'image du négatif est projetée sur un plateau où l'on posera le papier photo. On doit régler l'ouverture du diaphragme de l'objectif de l'agrandisseur. Le diaphragme permet de contrôler le flux lumineux et la profondeur de champ (pour que toute l'image soit nette) ;  plus on l'ouvre, plus ça va vite et moins de choses ressortent au niveau des valeurs de gris. Généralement, je l'ouvrais à 8. On règle également la netteté, la focale, qu'on ouvre plus ou moins ; le plus souvent, je la mettais sur 2. Et il y a aussi la hauteur de l'agrandisseur.
Enfin, il y a la possibilité de rajouter des filtres pour obtenir plus de contrastes ; ils sont numérotés de 1 à 5, 5 étant le plus fort. Je n'ai dû m'en servir qu'une fois.
Tout cela est un peu rébarbatif, d'autant plus qu'il aurait été plus simple de mettre une photo de l'agrandisseur, mais à l'époque, je ne pensais pas à tout documenter pour mettre sur un blog.

Bref, une fois tous ces réglages réglés, il est temps de passer à l'étape suivante : la réalisation d'un bout d'essai. Une bande de papier est exposée à la lumière, avec des temps différents. On commence par 20 secondes, puis 25, 30, 35 et 40 secondes. Ces essais permettent de trouver le bon temps d'exposition. Parfois, il faut faire de 1 en 1.
Une fois le bon temps trouvé, on prend le papier photo (dans ce cours on utilisait du papier brillant) et on l'expose.

Vient ensuite le temps des bains, dans 3 bacs. Le bac vert contient le révélateur, qui comme son nom l'indique permet de révéler l'image car le papier photo est blanc. Il y reste plongé 3 minutes. C'est un peu magique de voir les formes apparaître petit à petit. Le second bac est jaune : c'est le bain d'arrêt, qui dure 1 minute, qui permet de stopper le processus déclanché par le premier bain. Et enfin, il faut fixer l'image qui a été révélée : c'est le bain du fixateur, dans un bac rouge, pendant 2 minutes. La photographie est rincée puis suspendue afin de sécher.

Et là, ou la photographie nous convient (c'est très rare que cela arrive du premier coup) ou il faut recommencer et recommencer encore et encore... jusqu'à ce que l'on soit satisfait du résultat. D'où la nécessité d'être patient. Car finalement, entre novembre et avril, j'ai pu tirer peu de photos. Ou plutôt peu de photos différentes, car une fois trouvé les bons réglages, il fallait en faire 2 : une pour nous et une pour l'expo de fin d'année (ma seule exposition et je n'y suis même pas allée...). Pour conclure, il vaut mieux ne pas être pressé quand on décide de se lancer dans ce genre d'aventure.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents